Pour préparer la reprise, les domaines skiables ont investi 268 millions d'euros en 2021

Domaines skiables de France (DSF) - la chambre professionnelle des opérateurs de domaines skiables, qui regroupe près de 400 adhérents - annonce, dans un communiqué du 8 février, que les investissements pour les domaines skiables français se sont élevés à 268 millions d'euros en 2021. Ce chiffre résulte de l'enquête annuelle menée et publiée par le magazine Montagne Leaders, en partenariat avec Atout France et DSF. Non sans raison, ce chiffre de 268 millions d'euros est qualifié d'"inattendu, inespéré ou surprenant". Il témoigne de la résilience des stations de ski face à la crise sanitaire, favorisée, il est vrai, par les aides massives de l'État. Il faut en effet rappeler qu'avec la pandémie de Covid-19, les remontées mécaniques des domaines skiables ont été fermées de mars 2020 à novembre 2021. Si la saison 2019-2020 a connu un bon début avant l'entrée en vigueur du premier confinement en mars 2020, la saison 2020-2021 a en revanche été une saison blanche. Conséquence : les investissements dans les domaines skiables ont chuté de 37% en 2020, pour tomber à 237 millions contre 379 millions en 2019.

Alors que l'année 2021 a été amputée de son premier trimestre et n'a donc débuté, pour ce qui concerne les activités liées au ski, qu'en novembre dernier, les investissements enregistrent pourtant une reprise de 13%. Dans son communiqué, DSF considère donc que "les opérateurs de domaines skiables français affichent leur dynamisme et conservent un solide niveau d'investissements". En effet, les 268 millions de 2021 équivalent à 81% du montant moyen investi sur la période 2015-2020, et même 85% de la moyenne décennale 2011-2020.

En termes de répartition, les investissements 2021 sont très largement tirés par les remontées mécaniques, avec 136,4 millions d'euros (51% du total) pour les remontées mécaniques nouvelles. Cette proportion de 50% correspond toutefois à la moyenne habituelle de ce type d'investissements. Viennent ensuite les modifications et la maintenance des remontées mécaniques (46,3 millions), la neige de culture (36,2 millions), les travaux de pistes (9,5 millions), le damage (8,2 millions, ce qui correspond, en nombre de machines nouvelles, à un effondrement de 80% par rapport à 2019) et les équipements de loisirs (6,4 millions). Ces derniers ne doivent pas être confondus avec les équipements des stations proprement dits. Il s'agit en effet d'équipements sur le domaine skiable, comme les tyroliennes, le snowtubing, les via ferrata, les parcours d'aventure... D'autres postes occupent une part plus marginale dans l'investissement des domaines skiables, comme la sécurité des pistes (3,6 millions), les véhicules hors damage (1,3 million), la signalétique (1,3 million), la billetterie (1,1 million) ou le marketing et numérique (0,8 million). S'y ajoute un poste de "divers", à hauteur de 16,8 millions (bâtiments, vestiaires, ateliers techniques, garages...). En termes géographiques, c'est clairement la Savoie qui tire - et de loin - l'investissement, suivie par la Haute-Savoie, l'Isère-Drôme, les Alpes du Sud et les Pyrénées.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle