Vers une mobilisation accrue des aires de grand passage pour faire face au Covid

Mise en ligne sur Légifrance seulement le 20 juillet, une instruction du ministère de l'Intérieur en date du 1er juin 2021 revient sur la question des aires de grand passage pour les gens du voyage. Alors que la quatrième vague de Covid-19 n'était pas encore advenue lors de sa signature, elle anticipe "d'éventuelles restrictions, notamment de rassemblements de personnes, qui pourraient devoir être mises en œuvre dans les prochains mois". Constatant que peu de grands passages de gens du voyage ont eu lieu en 2020, sous l'effet de la pandémie et des confinements, le directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur demande donc aux préfets "d'anticiper d'éventuels déplacements initiés par ces groupes cet été". Il les invite à engager un "dialogue étroit et régulier" avec les référents des groupes de gens du voyage pour être informés, le plus en amont possible, des intentions d'éventuels déplacements.
Le ministère demande aussi aux préfets de "prendre contact au plus tôt" avec les gestionnaires d'aires de grand passage, en lien avec les représentants des collectivités territoriales et des EPCI. L'objectif est "d'anticiper une possible ouverture de ces sites", afin d'éviter la surfréquentation de certaines aires permanentes d'accueil et de terrains provisoires. Cette anticipation "permettra également d'encadrer et de canaliser d'éventuelles arrivées sauvages en violation des règles de police sanitaire, ceci afin de limiter les regroupements sur des terrains privés ou publics. Il sera alors plus aisé de permettre l'accueil de groupes de résidences mobiles dans les proportions raisonnables". 
Le ministère de l'Intérieur rappelle également qu'il convient de procéder, comme chaque année, à la nomination d'un médiateur départemental auprès des gens du voyage. Celui-ci sera chargé d'intervenir en coordination avec la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) et le groupement départemental de gendarmerie. L'objectif principal de ce médiateur est de "prévenir les situations de conflit". Il pourra également rappeler auprès des groupes les règles et restrictions de police sanitaire en vigueur". 
Dernière précision enfin : cette préparation anticipée permettra "de recourir, le cas échéant, à des terrains non-inscrits au schéma départemental d'accueil et d'habitat des gens du voyage, pour en faire des aires temporaires en cas d'absence d'aires de grand passage". 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle