Localtis

Coronavirus : les services d'aide à domicile vont bénéficier de la diffusion des masques de protection

Un arrêté du 16 mars 2020 apporte divers compléments à un arrêté du 14 mars "portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19". Cet arrêté du 14 mars procédait notamment, dans la foulée de l'annonce du Premier ministre, à la fermeture de toute une série d'établissements recevant du public (ERP) "qui ne sont pas indispensables à la vie de la Nation". Il comportait également diverses mesures sur les rassemblements, sur les établissements d'accueil des enfants et les établissements d'enseignement scolaire et supérieur, ainsi que sur les pharmacies d'officine.

L'arrêté du 14 mars prévoyait ainsi que "des boîtes de masques de protection issues du stock national peuvent être distribuées gratuitement par les pharmacies d'officines [...] aux professionnels de santé suivants, en fonction des priorités définies au niveau national pour faire face à la crise sanitaire et des stocks disponibles". Une mesure destinée aux professionnels de santé libéraux, les personnels des hôpitaux et des Ehpad étant supposés être équipés par le biais de leurs établissements. La liste comprenait ainsi, outre les pharmaciens eux-mêmes, les médecins généralistes et spécialistes, les chirurgiens-dentistes, les infirmiers, les masseurs kinésithérapeutes et les sages-femmes.

Elle a immédiatement fait réagir, dans la mesure où elle ne comprenait pas les personnes assurant des prestations quotidiennes d'aide à domicile auprès de publics très fragiles et particulièrement exposés aux dangers du coronavirus, à commencer par les personnes âgées. L'arrêté du 16 mars répare donc cet oubli, en ajoutant à la liste "les services d'accompagnement social, éducatif et médicosocial qui interviennent à domicile en faveur des personnes âgées, enfants et adultes handicapés [...], ainsi que les aides à domicile employées directement par les bénéficiaires". L'arrêté ajoute également les "prestataires de services et distributeurs de matériel". En revanche, pour une raison inexpliquée, les sages-femmes disparaissent de la liste (même si les sages-femmes libérales sont assez peu nombreuses).

L'arrêté ainsi consolidé du 14 mars précise que "la distribution est assurée sur présentation d'un justificatif de l'une de ces qualités". Les boîtes sont mises à disposition des grossistes-répartiteurs pharmaceutiques par l'Agence nationale de santé publique, les répartiteurs se chargeant ensuite de les livrer à chaque pharmacie d'officine. Pour leur part, les pharmaciens d'officine se chargent d'apposer un étiquetage spécifique, afin de permettre leur distribution aux seuls professionnels concernés. La distribution doit commencer en priorité dans les zones où le coronavirus est le plus actif.

Références : Arrêté du 16 mars 2020 complétant l'arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 (Journal officiel du 17 mars 2020).

 

Haut de page