Sports / Insertion - Montceau-les-Mines mise sur l'insertion des jeunes par le sport

Depuis 2015 l'Agence pour l'éducation par le sport (Apels) pilote un programme national destiné aux collectivités intitulé "Education par le sport dans les villes". Une conférence organisée ce 13 décembre à Paris en collaboration avec l'association Villes de France permettra à plusieurs collectivités de présenter des dispositifs territoriaux "qui créent des impacts sociaux". A Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), la maire Marie-Claude Jarrot s'apprête à mettre en oeuvre un programme d'éducation par le sport avec le soutien de l'Apels. Elle s'est confiée à Localtis.

Localtis - Comment est née l'idée de réaliser une opération d'insertion par le sport dans votre ville ?

Marie-Claude Jarrot - En juin dernier, j'ai participé à l'assemblée générale de Villes de France au cours de laquelle Jean-Philippe Asensi, président de l'Agence pour l'éducation par le sport, a présenté son programme d'insertion par le sport. J'ai tout de suite adhéré à ce dispositif qui me paraît adapté à ma ville. D'une part en raison de sa configuration, une ville moyenne de 20.000 habitants dont une partie de la jeunesse est sans emploi et a perdu un peu de sens. D'autre part en raison de la place que le sport y occupe. Car dans ce projet, il faut identifier un besoin mais aussi une culture sportive.

Sans l'Apels, en seriez-vous venue à vous servir du sport comme outil d'insertion ?

Nous nous en servions déjà à travers le travail d'éducateurs, mais sans mise en cohérence globale. Nous n'avions pas de responsable de projet. C'est en entendant Jean-Philippe Asensi que je me suis dit "c'est évident, il nous faut ça, nous aussi". D'autant plus que nous possédons des ressources… et aussi la problématique. Le chômage des jeunes sur nos deux quartiers "politique de la ville" est important.

Pourquoi choisir le modèle de l'insertion par le sport ?

Je pense qu'on ne pourra pas remettre les jeunes sur le chemin de l'emploi sans utiliser des chemins de traverse, d'autres formes de motivation. Je pense que le sport est une bonne voie à suivre pour remettre des jeunes, et des moins jeunes, sur le chemin de la motivation pour le travail. Le sport véhicule des valeurs importantes : courage, détermination, dépassement de soi, capacité à respecter des horaires…

Quels sont vos objectifs à travers ce programme ?

Au-delà de l'objectif de remettre les gens dans le sens de la marche, l'objectif est qu'au travers du travail que va conduire l'Apels, les jeunes retrouvent de la motivation et trouvent un emploi. L'évaluation de cette opération ne se fera par à travers l'insertion dans des stages ou des formations, mais à travers les emplois trouvés. Un certain nombre d'entreprises se sont d'ailleurs engagées dans ce dispositif.

Comment allez-vous vous y prendre pour monter une dynamique autour de ce projet ?

L'Apels sera impliquée dans la mise en cohérence du projet global. Mais celui-ci va également se dérouler dans le cadre de la politique que je mène sur l'insertion professionnelle et dans le cadre de la politique de la ville. Nous allons avoir une réunion avec tous les acteurs présumés du projet : bénévoles, animateurs, éducateurs. Ce projet va se construire avec différents pôles, le pôle solidarité et tout ce qui tourne autour de l'emploi et des relations avec les futurs employeurs, et je vais gérer cela directement.

Quels moyens la ville de Montceau-les-Mines va-t-elle mettre dans ce projet ?

La ville va faire appel à des animateurs, des adultes-relais, des médiateurs, issus de nos deux quartiers "politique de la ville". Nous bénéficions justement d'un tout nouvel espace pour la jeunesse avec des animateurs de qualité. Par ailleurs, nous avons déjà recruté des personnes pour ce projet. Il s'agit de personnes qui adhèrent au projet et qui seront acteurs de son écriture. Cet aspect est déterminant à mes yeux. Notre service jeunesse sera également mobilisé à raison de cinq personnes. Des animateurs seront également mobilisés. Cela représentera une dizaine de personnes au total, et si nous avons besoin d'autres personnes venant d'autres pôles, nous ferons appel à elles... nous avons 420 agents sur la ville. Et il y aura bien sûr les bénévoles des associations. D'ailleurs, nous organiserons une présentation aux associations sportives dès que le projet sera ficelé.

Quels publics visez-vous à travers ce projet ?

Nous ciblerons les publics bénéficiaires de cette opération selon les propositions des adultes-relais et des animateurs. Cela pourra aller du jeune au moins jeune. Nous sommes bien d'accord qu'il ne s'agit pas de convocations à Pôle emploi, mais d'incitations par le sport pour reprendre le chemin du travail. La "captation" se fera par le sport, ensuite, avec le management de projet par l'Apels, les éducateurs et les animateurs feront leur travail. L'opération sera menée sur une trentaine de jeunes, avec des profils plus ou moins éloignés de l'emploi. On ne peut plus continuer à les envoyer en formation dont ils ressortent sans être embauchés. Car de toutes façons, ils ne peuvent pas être embauchés. Ils doivent avant tout retrouver des règles de base de la vie, le savoir-vivre puis, ensuite, le savoir-vivre professionnel. Le sport sera la première marche pour reprendre le chemin de l'insertion professionnelle. En offrant des activités sportives, nous allons proposer de reprendre une vie normale, de reprendre le contact grâce au sport, c'est-à-dire la capacité à se lever le matin, à suivre des règles, à se dépasser.

Quel calendrier de mise en oeuvre prévoyez-vous ?

Le projet démarrera au printemps 2017 et durera le temps qu'il faudra. Il s'agit d'une opération sur le moyen terme. Il y a dans notre ville un très beau pôle dédié à la gymnastique à travers lequel on observe l'apprentissage de la règle, de la tenue. Je pense donc qu'on va pouvoir armer les jeunes pour la vie. Certains en sont très loin, et même s'ils ne sont pas nombreux, on ne peut pas les laisser sur le bord du chemin. Je me réjouis de pouvoir expérimenter et réussir cette insertion par le sport. Ce qui compte pour un maire, et tous mes collègues seront d'accord, c'est que les jeunes aient un emploi et qu'ils soient heureux de vivre dans leur commune.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle