Sports - Pour le CNOSF, les emplois d'avenir ne correspondent pas aux besoins du secteur sportif

Dans une note d'information aux dispositifs locaux d'accompagnement (DLA) mise en ligne le 9 octobre sur le site du Centre national d'appui et de ressources du sport (Cnar), le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) émet des réserves sur l'utilité des emplois d'avenir dans le secteur associatif sportif. "La professionnalisation des associations sportives est un besoin fort et croissant qui explique la mobilisation importante des dispositifs d'aide à l'emploi par ce secteur", constate le CNOSF, qui ajoute : "Les besoins du secteur sportif en matière d'emploi se concentrent essentiellement sur des postes d'éducateurs sportifs et d'agents de développement." Pour l'organisation faîtière du sport français, ces postes constituent un "encadrement de qualité", qu'il s'agisse des éducateurs sportifs qualifiés diplômés d'Etat ou des agents de développement amenés à faire face à la concurrence vis-à-vis des financements publics, à l'évolution des modalités de pratique ou encore aux exigences croissantes des adhérents ou des financeurs. "A partir de ce constat, précise le CNOSF, il apparaît que les emplois d'avenir, destinés à participer à l'insertion des jeunes pas ou peu qualifiés, ne correspondent pas aux besoins premiers du secteur sportif qui concernent davantage des emplois qualifiés et autonomes permettant de pérenniser et développer ses activités."
Le CNOSF souligne toutefois que "le secteur sportif est un terrain favorable à l'insertion des jeunes, mais à condition que les associations aient un niveau de structuration suffisant pour les prendre en charge et accompagner le développement de leurs compétences". Le comité invite ainsi les DLA à "aider la structure à définir un emploi en relation avec son projet et l'orienter, le cas échéant, vers un dispositif d'emploi aidé adapté". A cet effet, le Cnar vient de mettre à jour sa page consacrée aux dispositifs d'aide à l'emploi qui, outre les emplois d'avenir, recense le plan Sport emploi, le contrat unique d'insertion, le contrat d'accompagnement dans l'emploi Passerelle et le parcours d'animation Sport (voir lien ci-contre).

Jean Damien Lesay


Le sport un peu moins accompagné par dispositifs locaux d'accompagnement en 2011
Le Centre national d'appui et de ressources du sport vient de publier sur son site internet les analyses nationales et régionales des accompagnements "sport" dans le cadre des dispositifs locaux d'accompagnement (DLA) pour l'année 2011 (voir lien ci-contre).
Globalement, il en ressort que 510 accompagnements concernant le secteur "sport" ont été comptabilisés en France pour 407 structures bénéficiaires. Ces chiffres sont en diminution par rapport à 2010 (588 accompagnements pour 456 structures bénéficiaires).
L'analyse région par région fait ressortir de très grandes disparités : en Aquitaine, 44 opérations d'ingénierie ont été réalisées tandis que la région Alsace n'en compte que 2. La région Rhône-Alpes comptabilise 59 structures bénéficiaires contre 2 seulement en région Haute-Normandie.
Si l'on considère le type d'intervention, la catégorie "stratégie de consolidation", qui regroupe des prestations diverses (stratégie globale de développement, pérennisation d'emploi, organisation interne, etc.), arrive en tête avec 16% des opérations d'ingénierie collectives menées auprès des associations sportives. 13,4% sont réalisées pour les aider à la recherche de financements. Les autres accompagnements les plus sollicités concernent le management/ressources humaines (12,8%), la gestion financière (12,8%) et le projet de la structure (12,8%).

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle