Assouplissements dans les Ehpad pour la période des fêtes

De nouvelles consignes ont été diffusées à l'attention des Ehpad pour la période du 15 décembre au 3 janvier, qu'il s'agisse des sorties des résidents ou des visites extérieures. 

Depuis qu'Emmanuel Macron a exprimé, en septembre dernier, son souhait de "ne pas isoler à nouveau nos aînés" (voir notre article ci-dessous du 23 septembre 2020), les consignes sanitaires restent certes très strictes dans les Ehpad, mais leur application est devenue moins drastique. Et cela malgré l'instauration d'un second confinement depuis le 28 octobre. La période des fêtes offre un nouvel exemple de ce – très relatif – assouplissement.

Sorties dans la famille...

Brigitte Bourguignon a en effet annoncé un "assouplissement des recommandations à destination des Ehpad pour les fêtes de fin d'année", pour la période allant du 15 décembre au 3 janvier. Pour la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, il s'agit en effet de "protéger les aînés sans les isoler". Ces nouvelles consignes, résumées dans un document en date du 11 décembre diffusé par le ministère, ont fait l'objet "d'une large concertation avec les représentants des médecins gériatres et des représentants du secteur". Elles s'adressent aux gestionnaires des Ehpad, mais aussi à ceux des USLD (unités de soins de longue durée) et des résidences autonomie.

La fiche de consignes précise que "les résidents des établissements pour personnes âgées doivent bénéficier, comme le reste de la population générale, de la possibilité de passer les fêtes de fin d'année en compagnie de leurs proches". La principale novation concerne les sorties des résidents en famille, "facilitées à titre exceptionnel pour la période des fêtes de fin d'année" (les sorties restant possibles comme auparavant dans les résidences autonomie). Il est précisé que "cet assouplissement pourra être reconduit en fonction de l'évolution de la situation sanitaire et fera alors l'objet d'une consigne ultérieure".

Ces sorties en famille doivent néanmoins faire l'objet de conditions d'encadrement strictes afin de limiter le plus possible les risques de rebond épidémique. Cela passe par une sensibilisation des proches, qui sont "fortement encouragés à réaliser un test RT-PCR ou antigénique préalable à l'évènement familial", tout en rappelant qu'un test négatif n'exonère pas d'un strict respect des autres mesures de prévention (gestes barrières, distanciation, aération...).

Du côté des résidents, le retour dans l'établissement donnera lieu à la réalisation d'un test RT-PCR ou antigénique. Ils seront également invités à respecter très strictement les gestes barrières et à porter systématiquement le masque chirurgical en présence des professionnels et des autres résidents. Par ailleurs, les résidents "s'abstiendront de participer aux activités collectives pendant les sept jours suivant leur retour dans l'établissement".

... et visites en établissements

Autre volet du dispositif : les mesures applicables aux visites extérieures sont assouplies dans l'ensemble des établissements, "y compris dans les établissements comprenant des cas Covid+" (cas confirmés). En pratique, les consignes restent globalement les mêmes que les dernières recommandations diffusées le 27 novembre (notamment la prise de rendez-vous préalable), mais une augmentation des jauges (nombre de visiteurs par résident et nombre maximal de visiteurs accueillis simultanément), ainsi que de la durée des plages de rendez-vous peut être envisagée, "afin de faciliter l'organisation des visites et permettre aux familles de se retrouver dans des conditions plus conviviales". En tout état de cause, les directions d'établissements sont invitées à "garantir l'attribution d'au moins une plage horaire de rendez-vous pendant la période des fêtes à chaque résident qui en exprimerait le souhait, en tenant compte de chaque situation individuelle et en concertation avec le résident et ses proches". Il est également possible d'autoriser les visites en chambre, notamment pour les résidents Covid+ (avec des précautions très strictes listées dans les consignes), ayant de fortes difficultés à se déplacer ou en cas d'indisponibilité des espaces dédiés aux visites.

Enfin, tous les résidents ne reçoivent pas forcément de visites. Les directions sont donc incitées "à organiser des animations collectives à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement, à visée conviviale, festive ou spirituelle (incluant notamment l'accompagnement à des offices religieux), dans des conditions d'encadrement strictes rappelées par le protocole".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle