"Service civique solidarité seniors" : mobiliser 10.000 jeunes pour accompagner les personnes âgées isolées à domicile

Le 3 mars, Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l'autonomie, et Sarah El Haïry, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de la jeunesse et de l'engagement, ont lancé officiellement le "service civique solidarité seniors". Ce lancement fait suite à la mobilisation, il y a trois mois, de 10.000 missions de service civique et de salariés d'associations intermédiaires pour venir renforcer les Ehpad, qui préparaient alors la campagne de vaccination (voir notre article du 1er décembre 2020).

Tournées cette fois-ci vers les personnes âgées isolées à domicile, les 10.000 missions de service civique annoncées le 3 mars ont pour objectif d'accompagner 300.000 personnes âgées isolées dans les trois prochaines années. Dès le premier semestre 2021, 2.000 jeunes devraient déjà être présents auprès de 45.000 personnes âgées isolées. Le déploiement de ce dispositif est prévu dans toutes les régions métropolitaines, ainsi qu'à La Réunion. Il accompagne l'installation, par Brigitte Bourguignon, d'un "comité stratégique de lutte contre l'isolement des personnes âgées", lui-même issu des propositions du rapport de Jérôme Guedj sur le sujet (voir notre article du 17 juillet 2020) et de la consultation citoyenne sur le thème "Comment améliorer la place des personnes âgées dans notre société ?" (voir notre article du 5 janvier 2021)

Selon une étude de l'Institut CSA, 900.000 seniors souffrent de solitude en France et ce chiffre devrait augmenter avec le vieillissement de la population. Les missions prévues dans le cadre du service civique entendent permettre à ces personnes âgées d'avoir un meilleur moral et de se sentir plus en forme. Mais elles répondent aussi – ce qui est plutôt rassurant sur l'état de la société – à une attente des jeunes : les missions de ce type comptent trois fois plus de volontaires que de places et, selon l'Agence du service civique, 94% des jeunes ayant participé recommandent ce type de missions pour leurs congénères. Selon le communiqué des deux ministres, "le service civique solidarité seniors va donc permettre de créer du lien social entre deux tranches d'âges ayant des besoins spécifiques".

Le projet a été porté à l'origine par l'association Unis-Cité – qui accueille des jeunes en service civique – et son partenaire, le groupe Malakoff Humanis. Il est soutenu par un grand nombre d'acteurs : Unccas, Association des maires ruraux de France, Uniopss, Petits Frères des pauvres, Croix-Rouge, Familles rurales... Service civique solidarité seniors proposera à ces structures – qu'elles reçoivent ou non déjà des jeunes en service civique – un accompagnement comprenant notamment : un soutien administratif et juridique, un soutien à la mobilisation et au recrutement des jeunes, le financement de 50% de la prestation de subsistance mensuelle (107,58 euros) due par les structures d'accueil au jeune pour toutes les nouvelles missions proposées, et de 100% pour l'accueil de jeunes au profil "éloigné" (jeunes en situation de handicap, jeunes décrocheurs, jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville), le financement intégral d'un "socle qualité commun" (formations, échanges de pratiques et accompagnement collectif des jeunes dans la découverte des métiers et formations du secteur), ou encore des outils et un dispositif d'évaluation pour mesurer l'impact de la mobilisation.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle