Localtis

95% des chantiers de logement ont repris en Ile-de-France

C'est ce qu'a annoncé la Fédération des promoteurs immobiliers, qui redoute toutefois un ralentissement des chantiers et un engorgement des services instructeurs.

Il y a une quinzaine de jours, Julien Denormandie appelait à une reprise de tous les chantiers pour la fin du mois de mai (voir notre article ci-dessous du 15 mai 2020). Le ministre de la Ville et du Logement semble avoir été entendu. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) d'Ile-de-France se dit en effet, dans un communiqué du 27 mai, "fière d'annoncer qu'au moins 95% des chantiers ont repris à la fin du mois de mai". Or l'Ile-de-France représente, à elle seule, environ 30% du chiffre d'affaires des entreprises du bâtiment à l'échelle nationale. Pour Marc Villand, président de la FPI-IdF, "derrière ces pourcentages, ce sont plus de 800 chantiers concernés en Ile-de-France et plus de 60.000 logements dont la construction a repris".

Si elle est très positive, cette reprise des chantiers ne signifie cependant pas un retour à la normale. En effet, la relance se fait sur un rythme très ralenti, en raison de l'instauration des mesures sanitaires préconisées par le guide de l'OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du BTP) : port d'équipements de protection, bases vie doublées, points d'eau placés à chaque étage du chantier, sens uniques de circulation...

Par ailleurs, pour le court terme, la FPI "redoute l'engorgement des services instructeurs [des permis de construire, ndlr] et donc un ralentissement qui ne ferait qu'enliser cette chute de l'offre". Par conséquent, la Fédération "appelle formellement à une accélération de la dématérialisation de l'instruction des demandes". Elle demande donc que l'obligation prévue par la loi Elan, pour les communes de plus de 3.500 habitants, d'utiliser la téléprocédure afin de recevoir et d'instruire sous forme dématérialisée les demandes d'autorisation d'urbanisme, soit mise en place dès la fin de cette année, au lieu de la date initialement prévue du 1er janvier 2022. Elle propose, pour cela, la création d'un "PC covid, qui appellerait un traitement exceptionnel et temporaire des permis de construire (PC) déposés entre le 12 mars et le 31 décembre 2020 : possibilité pour les maîtres d'ouvrage de transmettre le pré-dossier ou des pièces complémentaires par voie dématérialisée, suppression de toute demandes de pièces non formellement requises légalement, prorogations des délais de validité des permis de construire devenus caducs...".

A noter : si les chantiers repartent progressivement, il faudra néanmoins éponger la perte des deux mois de confinement, encore aggravée par les ralentissements habituels avant les municipales. Selon une étude du Centre d'analyse et de prévisions immobilières (Capem), seuls 2.100 logements, tous types d'habitats confondus, avaient été mis en vente au premier trimestre en Ile-de-France (-67%), avant même que le confinement ne fasse sentir tous ses effets. Une chute confirmée par les chiffres publiés, le 27 mai, par la Chambre des notaires de Paris. Ceux-ci montrent qu'"au 1er trimestre 2020, les ventes de logements anciens en Ile-de-France reculent de plus de 20% par rapport à un 1er trimestre 2019 très actif" et constatent que le recul a débuté dès le mois de février.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page