Masques gratuits pour les accueillants familiaux et aides à domicile et déploiement des tests antigéniques

Un arrêté du 26 octobre – donc avant l'allocution du chef de l'État sur le reconfinement – renforce encore le dispositif mis en œuvre pour tenter d'endiguer la montée en puissance de la deuxième vague de la pandémie de Covid-19. Pour cela, le texte apporte diverses modifications à l'arrêté du 10 juillet 2020 "prescrivant les mesures d'organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire".

Ainsi, l'arrêté ajoute deux nouvelles catégories à la longue liste des professionnels susceptibles de bénéficier des boîtes de masques de protection issues du stock national, qui peuvent être distribuées gratuitement par les pharmacies d'officine. Il s'agit en l'occurrence des accueillants familiaux (qui accueillent à leur domicile, contre rémunération, des personnes âgées ou handicapées, à ne pas confondre avec les assistantes familiales) et des salariés de l'aide à domicile employés directement par des particuliers pour des actes essentiels de la vie. On notera au passage que ces deux catégories professionnelles sont les seules, avec les personnels des opérateurs funéraires, à ne pas relever des professions de santé dans la liste des bénéficiaires potentiels. Les boîtes de masques seront mises à disposition des pharmacies par l'Agence nationale de santé publique et livrées par le réseau des grossistes répartiteurs.

Autre disposition introduite par l'arrêté du 26 octobre : la possibilité donnée au préfet d'autoriser la réalisation d'un test rapide d'orientation diagnostique antigénique nasopharyngé de détection du SARS-CoV-2 (dit "test antigénique", qui permet d'avoir un diagnostic en 15 à 30 minutes) "dans tout lieu autre que ceux dans lesquels exercent habituellement les professionnels de santé et présentant des garanties suffisantes de qualité et de sécurité sanitaire [...]". Ces prélèvements doivent être assurés dans le respect des dispositions du code de la santé publique et des conditions de prélèvement définies par l'arrêté du 26 octobre. Par la même occasion, l'arrêté fixe la valorisation des tests antigéniques pour les différentes professions susceptibles de les pratiquer : infirmiers libéraux ou exerçant en centre de santé, pharmaciens libéraux, et médecins libéraux ou exerçant dans un centre de santé. L'arrêté précise que les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sont délivrés gratuitement par les pharmacies d'officine aux médecins et infirmiers, sur présentation d'un justificatif de la qualité du professionnel. Il y a deux jours, Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l'autonomie, a déjà annoncé la diffusion de ces test antigéniques dans l'ensemble des Ehpad, à partir de la semaine prochaine (voir notre article du 27 octobre 2020).

Référence : arrêté du 26 octobre 2020 modifiant l'arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures d'organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire (Journal officiel du 28 octobre 2020).

 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle