PLF 2022 : la culture toujours prioritaire, avec un budget en hausse de 7,5%

Le budget du ministère de la Culture tel qu'inscrit dans le projet de loi de finances pour 2022 entend entre autres accompagner la reprise de l'activité des secteurs culturels. En effet, le patrimoine n'est plus le grand bénéficiaire de la hausse des moyens. Le programme Création – qui soutient notamment le spectacle vivant – voit en revanche ses crédits progresser. Plus encore, le programme "Transmission des savoirs et démocratisation de la culture" progresse en effet de près d'un tiers, notamment pour financer la généralisation du pass Culture.

Roselyne Bachelot a présenté, le 22 septembre, le budget de son ministère avec une évidente satisfaction. Celui-ci enregistre en effet une hausse de 7,5%, franchissant ainsi pour la première fois la barre des 4 milliards d'euros (4,083 milliards), hors audiovisuel public. Depuis 2017, les ressources de la culture se sont ainsi accrues de 15% (soit 507 millions de plus), ce qui "traduit un effort historique de l'État en faveur des politiques culturelles". Même en tenant compte de l'inflation, l'effort apparaît significatif. Si on intègre l'audiovisuel (3,7 milliards), les diverses taxes affectées (CNC, Centre national de la musique...), les dépenses fiscales (exonérations), l'annuité 2022 du plan France relance (463 millions) et le plan de soutien exceptionnel aux grands opérateurs culturels de l'État (242 millions), la culture bénéficiera d'un total de 11,24 milliards d'euros, "qui permettront de réarmer durablement nos politiques culturelles".

Un milliard d'euros pour le patrimoine, mais une progression limitée

Le budget 2022 entend en effet répondre à deux priorités : accompagner la reprise de l'activité des secteurs culturels et, en parallèle, préparer l'avenir du modèle culturel français. Si la tendance générale est, bien sûr, à la hausse des moyens, ces orientations générales recouvrent cependant des évolutions très différentes selon les secteurs d'intervention du ministère. Ainsi, le patrimoine, grand bénéficiaire des premières années du quinquennat et du plan de relance, franchit certes la barre du milliard d'euros (1.019 millions), mais la progression de son budget n'est que de 0,7%. L'entretien et la restauration des monuments historiques bénéficieront l'an prochain d'une enveloppe de 470 millions d'euros (+3,5%).
Parmi les autres dossiers phares : l'achèvement des travaux de restauration du château de Villers-Cotterêts, dont le coût total s'élève à 185 millions (dont 100 millions au titre du plan de relance), un "renforcement sans précédent des actions de promotion de l'architecture à travers le label Villes et Pays d'art et d'histoire et les centres d'interprétation de l'architecture et du patrimoine" (+8,9%) ou encore la poursuite des grands projets d'investissement (35 millions). Sans oublier bien sûr – hors budget – l'impact du Loto du patrimoine qui a permis, depuis sa mise en place, de financer la restauration de plus de 500 monuments en péril. Autre progression limitée : le programme Presse et Médias qui enregistre une hausse de ses moyens budgétaires de 0,4% et atteint un total de 288 millions. 

Une hausse d'un tiers pour la transmission des savoirs et la démocratisation de la culture

A l'inverse, le programme Création – qui soutient notamment le spectacle vivant – bénéficiera d'une progression de ses crédits de 5,6%, pour atteindre un total de 909 millions, soit près de 100 millions de plus qu'en 2017. Pour sa part, le programme Livre et industries culturelles atteindra 330,2 millions, soit une progression de 4,2%. Mais le principal bénéficiaire de l'effort budgétaire porté par le PLF 2022 est sans conteste le programme Transmission des savoirs et démocratisation de la culture. Sa dotation progresse en effet de près d'un tiers (31,4%) pour atteindre 758 millions.  
En termes de mesures nouvelles portées par ce programme figure notamment la généralisation du pass Culture pour les jeunes de 18 ans et son déploiement dans les classes de la 4e à la terminale. Ainsi, 140 millions d'euros de mesures nouvelles vont venir s'ajouter à la reconduction des 59 millions de dotation inscrits en 2021, portant le total des crédits du pass Culture à près de 200 millions.

La déconcentration des crédits dans les Drac se poursuit

Autre mesure : un plan global inédit en faveur de l'enseignement supérieur culturel, avec une hausse de 26 millions d'euros, soit +10,8%.  Ce plan comprend trois priorités : le soutien aux étudiants pendant et après leur cursus (+6 millions), le renforcement et la modernisation de la capacité d'action des établissements nationaux d'enseignement supérieur culture (+12,6 millions en fonctionnement ou en investissement) et l'accompagnement des projets d'investissement des établissements territoriaux d'enseignement supérieur culturel (7,5 millions), dans le cadre des contrats de plan État-Région 2021-2027.
Enfin, le ministère de la Culture poursuit sa politique de territorialisation de ses crédits. Après un mouvement de déconcentration important en 2019 et 2020, les crédits des Drac (directions régionales des affaires culturelles) continuent de progresser, avec une hausse de 37 millions. Les crédits gérés par les Drac atteindront ainsi  962 millions en 2022 (+4%). Depuis 2017, le budget alloué aux Drac aura augmenté de 22%, soit un accroissement de 173 millions, plus rapide que celui des crédits du ministère (+15%). Sur le quinquennat, la part des crédits d'intervention déconcentrés aura progressé de plus de 7 points, passant de 54,3% à 61,5%. 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle