Localtis
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis

DOSSIER - Social / Santé : des plans en 2018, des actes en 2019 ?

Social

Santé, médico-social, vieillissement

En matière sociale et sanitaire, 2018 aura été l'année des plans. Agnès Buzyn n'a pas chômé et a lancé plusieurs démarches en parallèle, qui se sont concrétisées sous la forme de l'annonce d'un certain nombre de plans aux ambitions affirmées.

Côté santé, la stratégie nationale de santé, devenue le plan "Ma santé 2022" a été lancée dès septembre 2017. Celui-ci s'est matérialisé dans un premier temps, en janvier, avec l'adoption de la "Stratégie nationale de santé 2018-2022", puis, le 18 septembre, avec la présentation par le chef de l'Etat du plan "Ma santé 2022", qui vise rien moins qu'une refondation du système de santé. Auparavant, Agnès Buzyn et Edouard Philippe avaient présenté, au mois de mars, un plan Prévention ambitieux, qui commence déjà à porter ses premiers fruits, par exemple en matière de couverture vaccinale.

Côté autonomie, Agnès Buzyn avait annoncé, dès le mois de février, son intention d'ouvrir "l'immense chantier de la dépendance", laissé inachevé par la loi du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement. Pressée, il est vrai, par les tensions dans les Ehpad, la ministre a tenu parole en présentant, le 31 mai, sa feuille de route sur le sujet. Outre des mesures budgétaires immédiates, celle-ci s'est traduite notamment par le lancement d'une "consultation citoyenne" qui a rencontré un succès inattendu avec 1,7 million de votes et 18.000 propositions. En attendant bien sûr le projet de loi sur la future réforme Grand Âge et autonomie, qui devrait être présenté au premier semestre 2019.

Enfin, sur la lutte contre la pauvreté, la démarche s'est affinée progressivement. D'une approche initialement centrée sur la pauvreté des enfants et des jeunes, elle s'est progressivement étendue à une dimension plus globale, comme l'ont montré les thèmes des groupes de travail mis en place pour l'occasion. Emmanuel Macron a présenté le plan Pauvreté le 13 septembre, avec ses cinq engagements centrés sur l'égalité des chances, la garantie des droits fondamentaux des enfants, un parcours de formation garanti pour tous les jeunes, l'évolution vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l'activité et, enfin, l'investissement en faveur de l'accompagnement de tous vers l'emploi.

Si les objectifs ont ainsi été tracés en 2018, il reste maintenant à les mettre en œuvre sur le reste du quinquennat. Certaines mesures, notamment sur la stratégie santé, ont déjà reçu un début d'exécution dans le PLFSS pour 2019. Mais l'essentiel restera à faire ou à engager l'an prochain. Le tout dans un climat social et budgétaire qui pourrait être nettement plus tendu que lors de l'élaboration des plans.

Pauvreté

Santé

Dépendance

 

Haut de page