Près de 100 projets vont bénéficier d'un financement grâce au Loto du patrimoine 2020

La mission Bern a dévoilé les 98 monuments et sites (châteaux, églises, patrimoine rural...) dont le projet de réhabilitation ou restauration sera financé cette année grâce aux 15 millions d'euros du Loto du patrimoine (entre 8.000 et 300.000 euros par projet). Un financement qui doit être obligatoirement complété par ceux d'autres partenaires, au premier rang desquels les collectivités. La quatrième édition est programmée et la mission a déjà reçu 647 nouvelles candidatures.

Stéphane Bern, le responsable de la mission Patrimoine, a présenté le 6 janvier la troisième "promotion" du Loto du patrimoine, organisé par la Française des Jeux (FDJ). Au total, 98 monuments et sites vont ainsi bénéficier d'un précieux coup de pouce pour leur restauration. Initialement, 101 dossiers avaient été sélectionnés, mais trois d'entre eux ont finalement été reportés car les projets n'étaient pas suffisamment finalisés. Ce nombre d'une centaine correspond à la volonté initiale de financer un projet par département, afin de couvrir l'ensemble du territoire métropolitain et d'outre-mer. 

Châteaux, églises, usines et autres patrimoines

Cette troisième édition a rapporté, toutes déductions faites (à commencer par les gains des gagnants lors des tirages ou des grattages), un total de 15,2 millions. Outre la rétrocession d'une partie des mises par la FDJ, cette somme inclut un mécénat de la FDJ et de la société de vente aux enchères Christie's, un reversement sur la vente des "Pièces d'histoire" de la Monnaie de Paris, ainsi que le fruit de la collecte nationale organisée par la mission Bern. Pour être complet, il faut ajouter qu'une enveloppe de 6,1 millions d'euros avait déjà été accordée aux 18 sites emblématiques (un par région) lors des Journées européennes du patrimoine 2020 (voir notre article du 1er juillet 2020). Même en ajoutant cette somme, le tout n'atteint cependant pas le record de la seconde édition (25 millions d'euros) et se situe au niveau de la première édition (22 millions). Mais il est vrai que ni 2018, ni 2019 n'ont connu de crise sanitaire.
Sur les 98 sites retenus pour l'édition 2020 – et selon la nomenclature établie par la mission Bern –, 22 concernent des châteaux, 19 du patrimoine religieux, 5 du patrimoine lié à l'eau, 4 du patrimoine agricole ou rural, et un du patrimoine industriel (rotonde ferroviaire conçue par Eiffel, à Martel dans le Lot). Le solde répond à l'intitulé "Autre  patrimoine". Y figurent, par exemple, la maison du directeur du bagne de Cayenne, le viaduc des Rochers Noirs en Corrèze, les murs à pêches de Montreuil (Seine-Saint-Denis), la maison de Gérard Philippe à Cergy (Val d'Oise), ou encore la manufacture de couvertures et de molletons de Thizy-les-Bourgs (Rhône).
Les financements accordés vont de 8.000 euros (pour le projet de réhabilitation de la diamanterie de Pont-Roby à Felletin, dans la Creuse) à l'enveloppe maximale de 300.000 euros, accordée à 19 projets. Selon le principe posé par la mission Bern, ces financements doivent être obligatoirement complétés par ceux d'autres partenaires, au premier rang desquels les collectivités territoriales. 

2020, une année faste pour le patrimoine

Si le résultat de cette troisième édition apparaît en demi-teinte – Covid-19 oblige –, Stéphane Bern a néanmoins initié, par le loto et par ses émissions télévisées, un véritable engouement pour le patrimoine, qui se reflète dans les engagements de l'État et des collectivités. Sur ce point, l'année 2020 s'annonce particulièrement faste, même si les besoins restent toujours importants.  
Roselyne Bachelot a ainsi annoncé l'affectation de la première tranche des crédits du plan de relance consacrés au secteur du patrimoine. Celle-ci s'élève à 160 millions d'euros (dont 80 millions pour le plan Cathédrales), sur un total prévu de 460 millions (voir nos articles des 4 septembre et 26 novembre 2020). Cette première dotation permet déjà de financer, à partir de janvier 2021, 174 projets de réhabilitation et de mise en valeur répartis sur l'ensemble du territoire, en métropole et outre-mer. S'ajoutent à ces opérations celles menées par le Centre des monuments nationaux (CMN), pour un total de 140 millions d'euros, dont 100 millions pour la seule restauration du château de Villers-Cotterêts (Aisne).
De même, et pour la première fois, le patrimoine a franchi la barre du milliard d'euros de crédits dans la loi de finances pour 2021, grâce à une progression de 4,4% de sa ligne budgétaire (voir notre article ci-dessous du 30 septembre 2020).
Autre signe d'engouement pour le patrimoine. Alors qu'est lancée la préparation du quatrième loto du même nom, les candidats – propriétaires privés, collectivités, associations... – avaient jusqu'au 15 décembre 2020 pour déposer leur dossier. Et la mission Bern indique avoir reçu 647 nouvelles candidatures, qui feront l'objet d'une sélection d'ici à septembre 2021.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle